AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I guess we better run (Philémon)

Aller en bas 
AuteurMessage
Odrean Hartzig

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 32
Date d'inscription : 17/11/2008

Bloody Tales
Relations :
Âge: 988 ans
Ambitions: Just Do My Job

MessageSujet: I guess we better run (Philémon)   Lun 22 Déc - 1:05

    Odrean était en ville pour une raison qui différait de ses habitudes. Depuis quelques jours, plusieurs vampires ne rentraient pas au manoir, au matin. Au tout début, ils avaient pensés à des attaques de Loups-Garous, cependant, ils avaient appris que leur ennemi naturel était aussi victime de ces disparitions. Même que les cadavres se multipliaient des deux côtés, sans que personne ne trouve qui était l'auteur de ce massacre. Le problème principal des vampires était rapidement devenu le manque de sang. Il était dangereux de sortir et donc, d'aller se nourrir. C'est pourquoi Odrean avait tenté sa chance cette nuit-là. Il était partit avec Philémon, son meilleur homme de chasse, afin de se glisser secrètement à la morgue de l'hôpital et d'aller faire le plein de sang en sac. Pas le choix, il était hors de question qu'il laisse sa famille se mettre en danger. Il savait très bien à quel point les vampires détestaient se nourrir de poches de sang froides, mais la survit passait en premier lieu. C'était la première fois, depuis sa rencontre avec Phil, qu'ils sortaient pour autre chose que la chasse, mais cette fois-ci, la situation était délicate.

    Ils étaient entrés par une fenêtre, ce fut facile. La banque de sang se trouvait tout près de la morgue. Odrean le savait, ce n'était pas la première fois qu'il y avait accès. Muni de lampes de poches, ils parcoururent les longs corridors de l'hôpital. Il n'y avait aucun garde, aucun médecin, c'était facile, même trop facile. Ils furent dans le *frigo* à sang rapidement, sans obstacle sur leur chemin, Odrean se méfiait. Il regarda son partenaire et pu y lire le même sentiment de méfiance dans son regard. Malgré cela, ils étaient au bon endroit et ils devaient faire vite, alors ils n'avaient pas le temps d'être trop sur leurs gardes. Sans plus de cérémonies, ils ouvrirent les sacs de sports qu'ils avaient emmenés avec eux et firent le plein de sang. Odrean prit la peine de chercher les sachets de sang AB+, ceux que préférait Yacinthe. Une fois bien remplis, ils refermèrent leurs sacs et ressortirent rapidement du grand réfrigérateur. Les sacs étaient très lourd, beaucoup trop pour qu'un humain puisse les trimballer à sa guise, mais ce n'était rien pour les deux vampires. Une fois dans le corridor qui les ramenait vers la sortit, Odrean entendit un bruit distinct. Il s'agissait d'un long frottement, comme si quelqu'un se traînait sur le sol. Il regarda Phil, il l'avait aussi entendu.

    Lentement, Odrean déposa son sac par terre, sans faire de bruit. Le frottement provenait du corridor voisin, les deux vampires ne pouvaient voir ce qui le produisait, car il fallait tourner un coin pour avoir accès à ce corridor. Posant un doigt sur sa bouche, pour faire comprendre à Phil de garder le silence, il avança prudemment en direction du son, sortant un pistolet de sa poche. Cette arme possédait des balles plaquées d’argent. Ils utilisaient ce genre d’arme contre les lycans, par précautions. Le fait était qu’ils n’étaient pas encore totalement convaincus que l’innocence des loups sur ce coup. Levant l’arme devant lui, il prit une pause et tourna le coin, rapidement. Le spectacle qui s’offrit à lui fut très pénible. Il reconnu l’un des siens sur le sol, qui se trainait par terre avec ses mains. Ses jambes avaient été complètement arrachées. Une longue trainée de sang le suivait. Odrean rangea son arme et plongea vers son frère. Il aida son ami à se redresser en position assise, lui adossant le dos sur un mur. Celui-ci tremblait. Il était toujours en vie, mais il mourrait très prochainement.


    "Bon sang! Newton! Qui t'as fais ça!? C'est un lycan!?"

    Newton ne pu que faire un signe négatif de la tête, il avait les yeux grand ouvert, il souffrait visiblement. De plus, son visage était totalement effrayé. Odrean fit une pression sur les jambes de son confrère, même s'il savait que ce geste était inutile. Il tenta de rassurer son ami, lui disant qu'il allait le ramener au manoir. Odrean n'était pas seulement inquièt pour son ami, il ne voulait pas le maintenir en vie par compassion. Le fait était que Newton avait pu voir le monstre qui attaquait son espèce depuis quelques jours, et qu'il devait rester vivant pour pouvoir en parler aux autres. Newton attrapa le bras d'Odrean afin d'avoir son attention. Il était pressé, paniqué. Il parla, avec beaucoup de difficulté, il n'arriva qu'à prononcer deux sillabes bien claires.

    "Par.....tez!"

    Un long grognement se fit entendre, plus loin dans le couloir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philemon Ornasti

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 31
Date d'inscription : 30/11/2008

Bloody Tales
Relations :
Âge:
Ambitions:

MessageSujet: Re: I guess we better run (Philémon)   Sam 27 Déc - 16:14

Le moins que l’on puisse dire au sujet de l’excursion de ce soir-là, c’est que si Phil n’avait exprimé aucun ravissement à l’idée de devoir faire des stocks de poches de sang, le sentiment qu’il s’agirait d’une nuit loin d’être agréable devait de plus en plus se révéler vrai. Si ce n’avait été Odrean qui lui avait demandé ce genre particulier de coups de main, il était plus que probable qu’il aurait trouvé une parade plus ou moins élégante ou discrète pour échapper à ses devoirs envers la famille et « à charge de revanches » aurait-il dit. Inutile de tergiverser : comme on le disait désormais couramment, cette mission, il ne la sentait pas le moins du monde. Mais peut-être était-ce tout simplement le fait de ne pouvoir s’adonner à aucune chasse d’aucun genre qui lui donnait une humeur si morose, du moins, au début.

A mesure qu’il suivait Odrean dans le dédale des couloirs hospitaliers dont il n’était, lui , pas du tout familier, il fallait bien admettre que sa nervosité monta plus qu’il ne l’aurait admis. Etait-ce vraiment surprenant d’ailleurs, quand on songeait aux évènements des dernières nuits. Naturellement le sang et la douleur était de doux amis qu’il appréciait particulièrement. Cependant il s’agissait ici d’un ennemi invisible qui semblait s’en prendre autant aux vampires qu’aux lycans, sans avoir l’air d’avoir rien à craindre de ces deux espèces pourtant redoutables. Et au fil des corridors… Pas âme qui vive… Si sa peau n’avait déjà été si blanche on aurait pu la voir pâlir sur les phalanges crispées sur la crosse de son propre revolver. Ses sens semblaient s’exacerber d’autant, et la vitesse dont ils devaient faire preuve, les empêchant de faire preuve d’un peu plus de prudence, n’incitait pas non plus à la relaxation. Cependant, le vampire ne put s’empêcher un discret sourire en coin en remarquant le choix qu’opérait Odrean dans les pochettes qu’il plaçait dans les sacs : même dans ces circonstances son aîné faisait une fois de plus preuve de sa loyauté et son attention pour Gravers. Les sacs furent vite remplis.

On aurait presque pu espérer que le plus dur était passé, qu’il ne restait plus qu’à rentrer. C’était sans compter sans ce frottement douloureux sur le sol du prochain couloir. Même sans l’incitation prudente d’Odrean, Phil’ n’aurait certainement pas émis le moindre son, mais il acquiesça en silence et sortit son propre revolver. D’un mouvement d’épaule il replaça fermement la bandoulière de son propre sac et se plaça naturellement de manière à protéger les arrières d’Odrean, d’abord d’où ils venaient puis vers l’autre côté du corridor dans lequel ils débouchèrent. Méchante scène… Mais à Hartzig de s’occuper de ce congénère et de chercher le pourquoi du comment, Ornasti s’était déjà saisi du sac de son aîné, calé sur l’autre épaule et tandis qu’on interrogeait le blessé, il sortait sa vieille et longue lame d’argent. Lui non plus n’était pas encore convaincu des responsables d’une telle situation. Tandis qu’il scrutait le couloir en vain, sa tension augmenta. En temps normal, elle était toujours accompagnée d’une excitation que certains auraient qualifié de malsaine, mais en temps normal, il aurait su ce qui avait arraché les jambes d’un vampire sans difficulté apparente, quel genre de monstre pouvait leur tomber dessus à n’importe quel moment, quelles capacités il possédait…


- Odrean, je suis d’avis qu’on fasse ce qu’il dit. Et rapidement.

En dépit de la situation Phil’ se permit un rapide coup d’œil vers le dénommé Newton et la seule chose qui lui vint à l’esprit à ce moment précis était qu’il n’avait pas la moindre intention de finir de la même manière. Mais puisqu’on pensait à la survie… :

- Et on devrait l’emmener aussi. Je ne suis pas certain que ce soit bon pour nous que les humains trouvent ce genre de cadavres demain.

Un nouveau grondement, plus agressif, plus proche, et les yeux du vampire scrutèrent de nouveau le corridor en vain. En d’autres temps, Philemon aurait déjà vidé les lieux sans plus de cérémonie ni la moindre attention à son congénère mourrant, la loi de la jungle, la loi de la vie. On pouvait être surpris du mélange de ce genre de discipline et de cet esprit sauvage latent qui se trouvait maintenant pris entre peur et férocité.
Et ce qui avait emporté les jambes de Newton ? Etait-ce au tournant du couloir, ailleurs ? Invisible ?

Quelques pas en arrière, lents mais marqués
.

- Allez, barons-nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Odrean Hartzig

avatar

Nombre de messages : 42
Age : 32
Date d'inscription : 17/11/2008

Bloody Tales
Relations :
Âge: 988 ans
Ambitions: Just Do My Job

MessageSujet: Re: I guess we better run (Philémon)   Mar 30 Déc - 0:52

    Odrean fixait intensément l'autre bout du couloir. L'envie de rester et d'attendre la chose qui approchait était bien figée dans sa tête, seulement, Phil et Newton avaient raison. Le mieux était sans aucun doute de foutre le camp rapidement. Ils avaient ce qu'ils étaient venus chercher et ils ne devaient pas prendre le risque de terminer déchiquetés en lambeaux. C'était de la logique pure et simple, ne connaissant pas leur ennemi qui semblait beaucoup plus puissant qu'eux, il était plus prudent de s'enfuir. Il regarda Newton alors que Phil suggérait de l'emmener avec eux. Il avait raison sur un point, il était imprudent de laisser Newton là ou il était. Dès le lendemain, voir même cette nuit, quelqu’un découvrirait un cadavre de vampire. Évidemment, celui ou celle qui examinerait le cadavre se rendrait compte que quelque chose ne va pas avec le corps. Cependant, une charge supplémentaire accaparerait le duo et Odrean ne savait pas si leur ennemi était rapide. De plus, la chose qui approchait n’aurait pas de mal à les retracer en suivant les trainées de sang que Newton laisserait sur son passage et cela pouvait poser un problème. Odrean fit un signe négatif de la tête.

    "C'est trop risqué, il nous ralentirait et son sang mènerait cette chose directement à nous. Je reviendrai le prendre demain."

    Odrean regarda Newton d'un air désolé. Ce dernier fit un hochement de tête. Il avait comprit que c'était le fin pour lui. Odrean mis son révolver aux balles d'argent dans les mains du vampire mourant. Peut-être arriverait-il à ralentir la chose avec l'arme, voir-même qu'il pourrait le tuer. Le but était pour Odrean de gagner du temps afin de s'échapper. Dès le lendemain matin, il se vêtirait de vêtements couvrant tous son corps et d'un chapeau, puis reviendrait à la morgue, pour disposer du cadavre de Newton avant qu'un médecin ne s'affaire à une autopsie. Il se releva, tourna les talons. La sortie la plus proche était devant eux, à l'endroit d'ou le grognement provenait. Les deux vampires allaient devoir trouver un autre moyen de s'échapper. Il tendit un bras vers le sac de sport que Philémon avait pris en charge. Sans un regard vers Newton, il retourna le coin, suivant avec déception le conseil de Phil. Il fallait effectivement se barrer, maintenant. Odrean ressentait une certaine dose de colère. Il n'avait pas l'habitude de battre en retraite, pour lui, c'était un signe de faiblesse. Par contre, il savait pertinemment que c'était la chose à faire. Il aurait beaucoup aimé réussir à voir, ne serait-ce qu'une seconde, de quoi avait l'air son ennemi, mais il ne pouvait pas prendre ce risque sachant que personne n'était sortit vivant d'une telle rencontre. Odrean savait qu'avec son rôle au sein du clan, il se devait de rester en vie. De plus, mort, il ne pourrait pas protéger Yacinthe, Marlow ou Ivy. Il fallait aussi qu'il se l'avoue, le bras droit de Gravers avait aussi un peu la trouille. Qui ne l'aurait pas?

    "Il y a une fenêtre à la morgue. Elle est grillagée, mais c'est probablement notre seule chemin vers l'extérieur."

    La fenêtre était haute, car elle était située au sous-sol, Odrean dut pousser un lit de métal servant à faire des autopsies pour grimper à la hauteur de celle-ci. Il donna un coup de coude solide sur la vitre qui éclata en morceau. La vitre n'était pas un problème, par contre, le grillage extérieur de la fenêtre était vissé dans la brique et empêchait les deux vampires de sortir. Odrean tenta de la faire bouger, mais elle était solidement fixée. Il fallait absolument trouver un moyen de faire tomber ce grillage. Il n'y avait pas d'autre solution. Un coup de feu se fit entendre dans le corridor, puis un autre et encore un autre. Il ne fallu pas beaucoup de temps avant d'entendre les hurlements de douleurs de Newton. Odrean commença à paniquer. Bien que cela ne fut jamais son style. Il cacha bien sa peur, concentré par le fait qu'il leur fallait trouver un moyen de sortir de là, très rapidement. Heureusement, mais tristement, les hurlements de Newton se faisaient toujours entendre, ce qui signifiait donc que la chose était occupée avec lui, ce qui leur donnait un peu plus de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Philemon Ornasti

avatar

Nombre de messages : 14
Age : 31
Date d'inscription : 30/11/2008

Bloody Tales
Relations :
Âge:
Ambitions:

MessageSujet: Re: I guess we better run (Philémon)   Sam 3 Jan - 17:54

Phil acquiesça silencieusement au refus d’Odrean d’emmener Newton ou ce qu’il en restait avec eux. A vrai dire il n’avait pas plus envie que son aîné de laisser une piste aussi simple à suivre derrière eux pour la ou les choses qui avaient déjà réussi à amoindrir les rangs des non-morts et s’en serait presque voulu d’avoir eu le réflexe à présent bien ancré de ne pas laisser aux humains la moindre trace de leur existence. Chose à laquelle il n’aurait autrefois accordé pas la moindre importance. Comme quoi le temps vous changeait parfois de manière étonnante. Mais à présent que les choses étaient claires, le vampire blessé devenait le cadet de ses soucis et il apprécia à sa juste valeur la célérité d’Hartzig à ne pas s’éterniser en réconforts. Certes il n’aimait pas non plus prendre la fuite avant même d’avoir pu faire face à son adversaire mais parfois la fierté peut vous coûter la vie et dans ces cas-là on pourrait aussi bien parler de stupidité. Phénomène étrange, l’esprit de Philémon semblait peu à peu se vider admirablement de toute pensée inutile, calmant de ce fait autant la crainte qu’il n’aurait jamais admise qu’elle entretenait une tension qui devenait utile. Désormais il n’était focalisé que sur cet unique but : sortir. Rapidement, discrètement, efficacement.

Nouveau léger signe de tête aux informations d’Odrean. Le bras-droit de Gravers connaissait de toute manière les lieux bien mieux que lui. Aussi suivit-il sans poser de questions ni aucune autre parole. Etait-ce utile de toute manière dans ce genre de situations ?
Et re-couloirs vides et impersonnels où leurs démarches pourtant discrètes semblaient résonner désagréablement. Bizarrement, cette succession de portes et de panneaux peu indicatifs pour les profanes lui évoquaient les images que l’on voyait parfois à la télévision où la caméra s’agitait et rendait l’image floue comme le rêve d’un junkie alors que le caméraman courrait : reportages de guerre ou films d’horreur, ce n’était en principe pas bon signe. Les odeurs aseptisées avec un arrière-fond de miasmes, de sang et de tripes achevaient de lui donner l’impression de se trouver dans une mauvaise série B où ils seraient subitement devenus les proies plutôt que les prédateurs
.

*Porca madosca !*

Sa langue maternelle lui revint immédiatement en tête en voyant ses satanés barreaux. Et si Odrean malgré son âge ne pouvait pas y faire grand chose il était inutile pour Philémon d’essayer quoi que ce soit lui-même. Mais ce juron sicilien n’avait été que comme une bulle dans cette espèce de détachement uniquement fixée sur sa volonté de survie. Et si les coups de feu annonçant l’approche de leur ennemi avaient provoqué un frissonnement nerveux, les hurlements eurent en revanche l’effet inverse. Son regard fit le tour de la pièce tandis qu’il réajustait la bandoulière de son sac sur son épaule, passant sur Odrean sans y déceler de la peur. Ce qui était peut-être mieux : on dit si souvent qu’elle est contagieuse… Et finalement ses yeux s’arrêtèrent sur le plafond. A l’image du reste il semblait impersonnel et froid, mais comme dans ce qu’il avait vu du reste du bâtiment il était pourvu de carrés de plastique dévolus à cacher le béton, les canalisations et les fils électriques. Et qui sait peut-être un conduit d’aération assez large pour leur laisser la place de passer ?

Le vampire déposa son sac de sport sur la table de travail des préposés à la morgue et sauta. Sous le coup de l’élan ses doigts passèrent sous l’une des plaques s’agrippant au quadrillage métallique qui le retenait et son mouvement acheva de repousser le carré de plastique tandis que son corps se courbait souplement pour passer dans l’espace étroit qui le séparait du véritable plafond et de nombreux câblages. Ses jambes suivirent qu’il ne perdait déjà pas de temps à sonder son nouvel environnement. Pas de bouche d’aération qui leur offrît une sortie. En revanche… Il se pencha par l’ouverture par laquelle il venait de passer :


- Odrean, il n’y a pas de conduit d’aération. Mais apparemment les murs des pièces s’arrêtent au niveau du faux plafond. En rampant on pourrait faire plusieurs salles en enfilade sans passer par le couloir.

Il y avait une note d’interrogation dans sa voix bien que sa main était déjà à demi tendue pour prendre le sac qu’il avait laissé derrière lui. D’un côté il connaissait trop peu l’hôpital pour savoir si cette option était valable et avait besoin de l’aval et d’être guidé par son compagnon de chasse. Et en l’occurrence il ne serait pas aller le contredire. Mais de l’autre, les cris de souffrance s’étaient tus, remplacés par de lointains et de plus en plus faibles gémissements. Et le dehors leur était toujours interdit par ces maudits barreaux…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: I guess we better run (Philémon)   

Revenir en haut Aller en bas
 
I guess we better run (Philémon)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Philémon et Baucis
» Tamao no... BAKA! {T-d-T, libwe I guess...}
» Knock Knock ! Guess who's there ?!
» GUESS YORK FEMELLE DISPARUE DANS LE DEPARTEMENT 38
» 07. Sometime, sorry is not enough

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Phobia - Fly over me evil angel. :: Cheyenne :: S. Parsley Boulevard :: Cheyenne Medical Center :: Morgue-
Sauter vers: